WELCOME TO NSB BLOG

International Focus

L’université allemande vient au secours de la communication politique et invente un logiciel « Many to one »

Posté par bocasay bocasayil y a 9 annéespas de commentaire

Chaque semaine, et ce depuis 2006, la chancelière allemande Angela Merkel informe les citoyens allemands sur des sujets d’actualité sur son site grâce à la diffusion de vidéos podcast. Cependant, le site ne permet pas de donner de feedback et la communication reste unilatérale. Caveh Zonooz, 38 ans, avait écrit un email à Angela Merkel à ce sujet là et il n’avait reçu qu’une réponse standardisée. Pour cela, l’idée de « direktzu », qui signifie contacter directement, est née : il décide de créer un logiciel qui donne la possibilité à chacun de poser des questions aux politiciens… Et d’obtenir des réponses !

Caveh Zonooz fait partie d’une équipe de diplômés de l’Université de sciences appliquées de Brandenburg (FHB). Il a développé un logiciel qui enregistre des questions et permet aux internautes de voter pour ou contre l’information. Par la suite, les questions les plus appréciées et les plus consultées sont transmises à la personne concernée.

Aujourd’hui, il est possible de poser toutes les questions que l’on juge importante à Angela Merkel, directement sur ce site : http://www.direktzurkanzlerin.de. La réponse la plus récente de la chancelière portait sur la question des bourses d’études. Cette communication « Many-to-one » donne aux citoyens la possibilité d’articuler leurs avis, leurs critiques et leurs propositions. Et pour le gouvernement, elle permet d’être mieux informé sur les comportements et les mécontentements du peuple.

Depuis sa fondation en 2006, l’entreprise s’est développée et le logiciel est désormais utilisé par de grandes entreprises comme Siemens, Telekom ou Airbus. Il permet aux employés de se réunir et de poser des questions qu’ils n’oseraient pas poser lors de réunions devant plus de 100 personnes. Caveh Zonooz et ses collègues vont ouvrir prochainement une dépendance en Californie et sont en contact avec Marc Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Cependant, les jeunes entrepreneurs n’ont pas l’intention de vendre leur logiciel.

Source : Die Welt

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

TAGS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////