WELCOME TO NSB BLOG

International Focus

La nécessaire sous-traitance de l’enseignement supérieur au Maroc

Posté par bocasay bocasayil y a 8 annéespas de commentaire

Lahcen Daoudi, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres du Maroc milite pour l’installation au Maroc d’universités étrangères.

Pour résoudre la problématique posée par la difficulté de capacité d’accueil des établissements d’Enseignement supérieur, Mr Lahcen Daoudi, essaye d’attirer des universités étrangères au Maroc. En effet, suite a la régularisation des enfants en primaire il y a une dizaine d’années, le nombre de jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur explose chaque année de plus en plus. “Toutes les mesures ont été prises, cette année, pour résoudre le problème de l’insuffisance des places et du manque d’enseignants dans les universités suite à l’augmentation de l’effectif des étudiants, quelques 510.000, qui dépasse les prévisions”, a affirmé le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi.

M. Daoudi a souligné que le nombre de jeunes ayant obtenus leur baccalauréat était estimé à
176.000, alors que l’effectif des inscrits à l’université a dépassé 210.000, soit 34.000 étudiants de plus que prévu.
Cette situation génère une pression en ce qui concerne les places disponibles et l’effectif d’enseignants. Un grand nombre d’étudiants reçus au baccalauréat n’ont pas pu s’inscrire dans les établissements. Face au nombre élevé d’étudiants éligibles, les concours d’accès aux instituts et facultés de médecine n’ont été ouverts qu’aux postulants justifiant d’une moyenne élevée.

L’ouverture d’universités étrangères au Maroc constitue une alternative pour résoudre la problématique posée par la capacité d’accueil des établissements. En effet, de nombreux étudiants sont contraints à s’inscrire à l’étranger. En 2011, quelque 52.000 étudiants se sont inscrits dans des universités étrangères, ce qui a coûté au Maroc environ 4 milliards de DH (prés de 400 millions d’euros).

L’implantation d’instituts et d’universités étrangères au Maroc permettra au pays d’économiser une somme importante, d’alléger financièrement les familles, d’internationaliser l’enseignement supérieur en attirant un grand nombre d’étudiants africains. L’installation d’établissements étrangers au Maroc interviendra dans le cadre d’accords de coopération avec des universités publiques de plusieurs pays ayant déjà manifesté leur intérêt, notamment la France, l’Espagne, la Russie, l’Italie et dernièrement l’Angleterre.

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////