WELCOME TO NSB BLOG

International Focus

Le Kazakhstan veut attirer des universités et des écoles étrangères sur son territoire

Posté par bocasay bocasayil y a 9 annéespas de commentaire

« Le Kazakhstan soutient l’idée de la création des filiales d’universités et d’écoles étrangères sur son territoire », a déclaré vendredi dernier son président Nursultan Nazarbayev lors de la 23eme session du Conseil des investisseurs étrangers. Cette idée a été exprimée par Koen Vanhaerents, membre du Comité Exécutif de Baker & McKenzie International. D’après lui, le Kazakhstan a le potentiel pour devenir le leader de la CEI en matière d’attraction des filiales des universités et des écoles étrangères. Ces filiales pourraient assurer la formation des étudiants kazakhs mais également des étudiants de toute la Communauté. Rappelons que la Communauté des États Indépendants (CEI) est une entité intergouvernementale réunissant 11 républiques de l’ex-URSS: l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Moldavie, l’Ouzbékistan, la Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ukraine.

Selon Koen Vanhaerents, l’ouverture de filiales d’établissements d’enseignement supérieur représente des avantages considérables. Tout d’abord, les étudiants kazakhs auront la possibilité d’avoir une formation sur place qui correspond aux standards internationaux. Par conséquent, le besoin national d’importer des cadres qualifiés sera réduit. L’implantation des filiales permettra également l’émergence d’un nouveau secteur de l’économie, celui des services dans le domaine de l’enseignement et de la formation de niveau international, diversifiant de fait l’économie nationale. De plus, cela entraînera le développement du potentiel innovant, la création des nouveaux postes de travail, car les établissements d’enseignement supérieur sont souvent les catalyseurs/accélérateurs du développement de nouvelles entreprises.

Attirer des filiales d’universités étrangères demande un investissement conséquent à long terme. La première étape du projet est la constitution d’un groupe de travail qui va élaborer des recommandations pour le gouvernement en ce qui concerne les catégories des établissements d’enseignement supérieur étrangers et leur nombre. Les experts vont analyser l’expérience d’autres pays qui ont réalisé avec succès les projets similaires. Comme par exemple le Qatar, qui a créé sa cité de l’éducation en attirant des filiales d’universités de renommée internationale sur son territoire.

+ Le Kazakhstan : un nouveau marché pour les business schools

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

TAGS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////