WELCOME TO NSB BLOG

JoboSapiens

« Si c’était à refaire » : comment ne pas rater votre début de carrière

Posté par Emily Boudaoudil y a 7 annéespas de commentaire

Par Emily Boudaoud, auteure de « Génération Y : droit de réponse », AFNOR Editions, 2013

Deuxièmer partie

Suite de la première partie : Trentenaire en plein examen de conscience, Emily B, croisant un groupe de 20-30 ans dans le hall d’immeuble de son employeur, a subitement une révélation : si elle avait pris d’autres décisions, son insertion dans le monde impitoyable de l’entreprise se serait-elle déroulée autrement ? Aurait-elle pu gagner beaucoup de temps ?
« Si je pouvais revenir 10 ou 15 ans en arrière », referais-je les mêmes choix professionnels ? est-ce que j’organiserais de la même façon mes recherches d’emplois ? La réponse est non : j’éviterais quelques erreurs, et tiendrais compte de quelques constats que j’ai fait un peu tardivement. Si javais su…

Décryptez le texte caché : pour quoi êtes-vous payé-e?

Souvenez-vous du Pouvoir des Petits

Ne commencez pas par les Big Companies

Quand on cherche ses premiers emplois, on est souvent attiré par les grands groupes, quitte à avoir un job peu prestigieux, dans l’espoir que cela favorise notre progression professionnelle. Au contraire, il est plus pertinent de viser les petites structures (PME, associations), où plus de responsabilités et d’autonomie vous seront confiées, où vous pourrez vous créer un carnet d’adresses significatif, et accéder en quelques années au rang d’expert dans votre domaine.

Ne vous trompez pas de porte

Il est fréquent de demander aux jeunes diplômés ou au « juniors » (moins de 5 ans d’expérience) « quel job ils recherchent ». La question pertinente serait plutôt : « Qu’est-ce que vous détestez faire » ? Si pour vous il est insupportable de passer la journée devant un écran, de travailler en openspace surpeuplé, ou d’avoir des horaires imprévisibles, certains emplois ne sont pas faits pour vous, ou alors vous ils vous rendront malheureux, voire aigri-e. Renseignez-vous sur les conditions de travail auprès de 2 ou 3 professionnels du métier déjà en poste depuis plusieurs années (en poste ou hors poste).

N’ayez pas le complexe du bon élève

A l’école, on nous apprend à être obéissant, à peaufiner nos rapports, à être scolaire. Dans la vraie vie, être un bon élève n’est pas nécessairement la stratégie à privilégier pour « réussir ». Ceux qui atteignent les plus hauts postes ont su déléguer les tâches pour lesquelles ils sont médiocres, se créer des alliés en interne (qui les soutiendront lors des périodes délicates), et faire connaître à tous leurs réussites… Ce ne sont pas toujours ceux qui passent le plus de temps sur leurs dossiers. C’est cruel et injuste, mais on ne nomme aux postes en vue que les individus ayant un vaste carnet d’adresses – ou de solides appuis – une fois en poste, ils s’entoureront de bons élèves méritants pour effectuer le travail de fond. Consacrez chaque jour du temps à préparer votre futur emploi (acquisition de connaissances, réseautage) : si vous êtes une fleur magnifique mais invisible, on vous laissera là où vous êtes.

Méfiez-vous des jobs qui flashent

Pour attirer de jeunes diplômés ambitieux prêts à consacrer 100% de leur temps éveillé à leur entreprise, de nombreuses entreprises façonnent des titres ronflants (consultant, chargé de mission auprès du, chargé de développement, …) qui « en jettent » sur le papier. Mais le contrat de travail ne dit pas que… 5 personnes se sont succédées en deux ans sur votre poste, qu’en réalité vous passerez la journée à accomplir des tâches répétitives, et que votre salaire sera à peine plus élevé que le smic. Un emploi ne se résume pas au titre de fonction : les perspectives d’évolution, les avantages non-salariaux (ex : souplesse horaire, nombre de RTT, tickets restaurant, …), l’ambiance, et le contenu du poste au quotidien sont aussi à prendre en compte avant de vous engager. Tout ce qui brille n’est pas or ! Le premier mouvement n’étant pas toujours le bon, il est préférable de ne pas signer un contrat de travail le premier jour : demandez à l’emmener chez vous pour le lire « à tête reposée » – au cas où certains vices cachés vous auraient échappé…

Il vous faudra peut-être passer par des étapes intermédiaires avant d’accéder à votre JOB IDEAL (quand vous ne voyez pas les heures passer, tant vous aimez ce que vous faites). Mais, à partir du moment où vous savez où vous allez, chaque jour passé sur cette Terre vous rapprochera de votre destination !




TAGS

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////