Bienvenue sur LE BLOG de NOIR SUR BLANC

International Focus

Internet n’oublie rien !

Posté par bocasay bocasayil y a 8 annéespas de commentaire

Internet est un monstre qui enregistre toutes les informations qui y sont déposées, à vie. A vie, oui, mais pas la nôtre, celle du monstre lui-même qui n’oubliera rien de nos écrits, images, documents, informations personnelles voir intimes, tout dépendra de ce qui nous y auront laissé. Une sorte de persistance numérique de notre existence, pour l’éternité.

Sans aller jusque là,  toute erreur de jeunesse commise lors de nos premières manipulations sur internet ressortira à la moindre recherche. Plus grave, toute « erreur » commise dans notre vie restera affichée à la vue de tous. Ainsi, le passé d’un homme ayant purgé une peine de prison et voulant retrouver une vie normale ne résistera pas au moindre « google search » d’un futur employeur, voisins, assureur, etc.

Pour contrer cette persistance de l’information, dix signataires réunis par Nathalie Kosciussko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique, ont signé une charte sur le droit à l’oubli fin 2010.

Concrètement, les signataires se sont engagés à « améliorer la transparence de l’exploitation des données publiées par les internautes » et « à faciliter la possibilité pour une personne de gérer ses données sur la toile ».

Dès la page d’accueil des sites des signataires, les informations sur la politique de protection de la vie privée doivent être facilement accessibles. De même, des dispositifs permettant de vérifier si les utilisateurs sont mineurs, afin de les protéger.
Les moteurs de recherche signataires collaboreront avec les sites de publication pour préserver l’intimité des internautes et faciliter la non-indexation de certains contenus.

Il est donc possible de faire supprimer les propos, images et toutes informations à son sujet sur internet. Mais deux géants de la collecte de données n’ont pas signés cette charte, Facebook et Google arguant des difficultés juridiques et techniques…

D’un autre coté, comme l’Internet n’oublie rien, il peut devenir un sanctuaire pour des personnes disparues.

Il n’existe pas de champ date du décès sur les profils des réseaux sociaux. Probablement parce que le propriétaire du compte ne peut l’alimenter, doivent se dire les concepteurs des réseaux. Mais la plateforme de blogs Livejournal a commencé à « geler » l’espace commentaires des blogs des personnes décédées, en faisant paraitre la mention suivante « Ce blog est un mémorial. Il n’est pas possible d’y publier de nouveaux messages ».

En Russie, Ilya Kormiltsev , poète et compositeur de chansons, décédé en 2007 dont le dernier message (http://karmakom.livejournal.com/) sur son blog disait : « Requête personnelle. Est-ce que quelqu’un va à Londres dans les prochains jours ? On a besoin de certains médicaments. Pour moi » a reçu 1752 commentaires avant d’être gelé.

Toujours en Russie, La poétesse Anna Yablonskaya, décède en janvier 2011 dans l’attentat de l’aéroport de Domodedovo à Moscou. L’espace des commentaires de son dernier message (http://silkhat.livejournal.com/276646.html) est devenu un registre de condoléances avant d’être gelé lui aussi.

1) Action innocence, Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques, E-enfance, Union nationale des associations familiales, Copains d’avant, Pages jaunes*, Skyrock, trombi.com, Viadéo, Microsoft France (MSN, Windows live, Bing)
* Pages Jaunes appartient désormais au fond d’investissement KKR et qui figure comme une des premières sociétés mondiales en terme de CA publicitaire sur internet ! Ce que peu de communs du mortel numérique savent c’est que KKR a aussi racheté 123people (moteur de recherche de personnes) et a associé les coordonnées des personnes qui sont inscrites dans l’annuaire avec leur profil sur les réseaux sociaux…
 
 

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

TAGSÉtiquettes : ,

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////