Bienvenue sur LE BLOG de NOIR SUR BLANC

International Focus

L’Inde, nouvelle terre promise?

Posté par bocasay bocasayil y a 9 annéespas de commentaire

Avec plus de 14 millions d’étudiants inscrits dans les collèges et les universités, l’Inde est le troisième plus grand système d’enseignement supérieur au monde. Pour soutenir sa croissance économique, le pays aura besoin d’augmenter le nombre de ses diplômés de haut niveau. En 2014, le nombre d’étudiants devrait atteindre le chiffre de 22 millions, annonce le groupe Parthénon, une agence de consulting spécialisée dans l’éducation. A l’heure actuelle, le pays manque cruellement d’établissements d’enseignement supérieur pour accueillir ces nouveaux venus. En effet, on estime que 600 universités et 35.000 collèges supplémentaires seront nécessaires à courte échéance.

Ce développement ne sera pas possible sans la participation des écoles internationales. Pour certaines d’entre elles, l’Inde pourrait devenir la nouvelle terre promise. En effet, au mois de mars, le gouvernement indien a proposé un projet de loi autorisant ces dernières à implanter leurs campus en Inde. Une démarche interdite jusqu’à présent. Bien que cette loi soit toujours en cours d’examen au Parlement, de nombreuses écoles occidentales ont déjà fait le tour des promoteurs immobiliers indiens à la recherche de terrains. La Fuqua School of Business de l’Université de Duke, la Schulich School of Business de l’Université York au Canada, Georgia Institute of Technology, Virginia Polytechnic Institute & State University sont, entre autres, dans la course.

Les institutions travaillent dur afin de gagner du terrain sur le marché indien. « Les plans architecturaux de campus sont déjà sur mon bureau », explique le doyen de Fuqua, Blair Sheppard. Le nouveau campus proposerait aux Indiens le programme MBA et le programme master en business. Le projet se concrétise également pour Schulich School of Business. Depuis le mois de janvier, cette dernière a lancé un MBA sur le campus de son partenaire local à Mumbai, S.P. Jain Institute of Management & Research. Aujourd’hui, Schulich vient de signer un accord pour construire son propre campus à Hyderabad, où elle envisage d’offrir un MBA, d’ici 2012 ou 2013. Ce programme pourrait initialement accueillir 120 étudiants pour passer ensuite à 180.

Pourtant, l’avenir du projet de loi autorisant les campus occidentaux en Inde reste incertain, tout comme les conditions d’implantation des campus, de fixation des frais de scolarité ou d’admission des étudiants. Dans sa forme actuelle, le projet prévoit, que les écoles entrantes payent 11 millions de dollars par campus de frais d’implantation, une exigence irréalisable pour certaines d’entre elles. Ce que confirme Vijay Madisetti, directeur du « projet Inde » de Georgia Tech’s : « C’est une charge considérable pour de nombreuses universités qui ne pourront pas débourser une telle somme dans l’immédiat ».

Au-delà des préoccupations de nature administrative et financière la question qui se pose est de savoir si les étudiants indiens se précipiteront vers ces écoles de l’Ouest ? « Reste à savoir si l’Inde est en mesure d’attirer des institutions de premier ordre « , s’interroge Karan Khemka, chef du bureau indien du groupe Partheon. « Jusqu’à présent, seules les écoles de deuxième et de troisième rang ont manifesté de l’intérêt pour le marché indien. Il semblerait que Harvard et Yale ne suivent pas ce mouvement » continue Khemka.
Source : Business Week

+ L’enseignement indien s’ouvre à la concurrence

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

TAGS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////