Bienvenue sur LE BLOG de NOIR SUR BLANC

Classements

Classements: l’importance des médias anglo-saxons

Posté par bocasay bocasayil y a 8 annéesune commentaire

Le début de l’année universitaire annonce le retour des classements, incontournables dans le monde de  l’enseignement supérieur.

Celui de Shanghai paru fin août remet chaque année en cause les universités. Il sera suivi de celui du Times of Higher Education en octobre. Entretemps, le 20 septembre, la dernière édition du particulièrement influent classement Master in Management du Financial Times sera publiée. Très attendu dans le milieu des Business Schools, il est une étape importante et quelques fois douloureuse de la vie et de l’image des Écoles de commerce françaises. Celles-ci ont réussi depuis la 1ere édition à s’imposer en nombre (17 en 2009) et en qualité (3 écoles françaises font parti du top5) et en ont fait un outil de communication important.

Pour les grandes écoles de commerce françaises, la presse anglophone est devenue un outil incontournable pour améliorer leur renommée, forger des rapports avec des entreprises et des partenariats académiques, rester en contact avec leurs diplômés et recruter les meilleurs étudiants du monde entier mais aussi français. Une présence dans les médias anglophones distingue de fait les meilleures écoles françaises que ce soit en France ou à l’étranger. Pour mieux cibler ces médias, les écoles ont reformé leurs stratégies de communication. Les écoles ambitieuses ont entrepris des changements d’image et des fusions, entre autres, pour devenir plus visibles sur le marché international.  Elles ont mis l’accent sur leurs forces (le luxe, la finance par exemple), et donnent de plus en plus de cours en anglais.  En somme, les grandes écoles de commerce françaises se battent pour être concurrentielles au niveau international, et c’est à travers les médias anglophones qu’elles essayent de  communiquer leurs mérites à un public mondial.

Chaque année, le classement du Financial Times s’ouvre à d’autres pays et à d’autres continents. De plus en plus de Business Schools dans le monde se battent pour y obtenir une place, laissant planer l’incertitude  quant à la présence des Écoles françaises.

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

TAGS

1 réponse on “Classements: l’importance des médias anglo-saxons

  1. Alex Goldsborough dit :

    Proche de votre article, je veux partager avec vous un commentaire sur un article recent de Monsieur Oui: Les classements internationaux ont un impact modéré sur les étudiants, selon CampusFrance

    Quelque fois, surtout quand elle nous echappe, la realitee gene. La conclusion du rapport CampusFrance demontre une attitude inquietante: nier qu’il y a un deficit grave d’universite Francaise dans les classements internationaux en faisant l’argument que de toute facon les « étudiants étrangers ne sont pas préoccupés par les classements internationaux. » En ce qui concerne les etudiants Chinois, c’est faux. En tant que Directeur de Marketing et Communications d’une Universite Chinoise 211, en ce qui concerne mon experience Chine, je dirai plutot que les « rankings » ici sont une obsession. On doit aussi accepte la volonte de l’etudiant « client ». En Chine, mais aussi ailleurs en Asie, l’Amerique du Nord et Sud, l’Europe, les meilleurs etudiants cherchent la « face », le prestige, la « valeur » du diplome; et le ranking est un indice important. Aujourd’hui, pour les Chinois, la France reste une destination universitaire de second choix, voir pire, meme si les etudes en France sont peu chere. Des enquettes dans la presses Francaise confirme cette constatation. Ce rapport CF cree un faux argument en ce qui concerne les realites des etudiants en Chine. Certe la culture francaise est importante, et le rayonnement de la France attire, cependant la valeur d’un diplome reconnu dans les « rankings » ne peut absolument pas etre ignore par les « etudiants internationale » Chinois qui doivent eventuellement retourne en Chine a la recherche de « face », de salaire « prestigieux », de reseaux guanxi, dans un marche « tres » competitif, meme farouche. Mais le rapport CF ignore ces realitees et prefere l’argument que les etudiants « ne sont pas préoccupés par les classements internationaux. » Erreur. Je trouve le rapport preoccupant, car il demontre bien que Campus France, non pas comme leurs homologues, Anglais, Americains, ou Allemands, saisit mal les motivations des eleves Chinois internationale, a la recherche d’un diplome avec une « valeur marchande. » Les resultats CF me paraissent une recherche equivoque et interesse, car il cache peut-etre leurs manquements. Les classements, meme si certains considere comme un systeme « commerciale », reste important aux yeux des etudiants qui souvent n’ont guere d’autre point de repere. Il faut faire avec cet outil, luter contre n’est pas une strategie mais une tragedie. En conclusion, il vaudrait mieux adresser le vrai probleme, et ne pas cacher certaines realitees: le deficit grave d’universite Francaise dans les classements internationaux; une hesitation a vouloir accepte l’internationalisation; ignorer les besoins du marche de l’emploi. En fait, il faut penser a sa « clientele etudiant internationale », et lui donner de quoi monnaier en France et dans sont pays d’origine. Pour commencer dans les etablissements Francais, recruter du personnel « internationale » competent, et avoir de vraie politiques de terrain, ainsi que des strategies poussant l’internationalisation, comme les autres; sinon pour les Chinois en tout cas, les universites francaises seront toujours un deuxieme ou troisieme choix.

    A bientot Madame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////