WELCOME TO NSB BLOG

International Focus

Bibliothèques, des espaces segmentés pour des usages uniques

Posté par bocasay bocasayil y a 7 annéespas de commentaire

Face à la baisse de fréquentation des bibliothèques universitaires, celles-ci sont de plus en plus nombreuses à modifier leur organisation et à offrir à leurs usagers de nouveaux espaces dédiés au travail collectif et à l’échange, tout en conservant les espaces de travail personnel et en les adaptant à de nouvelles méthodes de travail.

Adaptation des espaces de travail personnel
Les usages traditionnels des bibliothèques universitaires comme lieux de travail personnel ou de lecture n’ont effectivement pas disparu. Les bibliothèques continuent d’accueillir des usagers qui veulent effectuer des recherches, rédiger un devoir ou encore réviser pendant les périodes d’examens. Néanmoins, les méthodes de travail des étudiants et des chercheurs ont été modifiées par la révolution numérique et les espaces de travail personnel des bibliothèques universitaires doivent être repensés. La priorité est notamment d’intégrer à ces espaces des ordinateurs fixes, ou de concevoir des espaces destinés à accueillir des ordinateurs portables (mobilier adapté, prises électriques accessibles…). On trouve par exemple des zones de travail personnel adaptées aux technologies numériques dans la bibliothèque de droit de Zurich.

Intégration d’espaces de travail collectif
Mais de plus en plus souvent, les travaux collectifs sont mis en avant dans les formations proposées par les universités. Le travail de groupe, qui s’organise autour d’échanges entre les étudiants, est donc en plein développement. De même, on voit émerger beaucoup de projets collaboratifs de recherche ou d’enseignement. Les bibliothèques universitaires les plus innovantes choisissent donc de jouer le rôle du lieu de rencontre et d’échange souvent sollicité dans le cadre de travaux de groupe. Des espaces de travail conçus spécifiquement pour les groupes y apparaissent, parallèlement aux espaces de travail personnel. La bibliothèque de l’université de Glasgow a ainsi été complètement rénovée en 2009 et a aménagé un espace avec des tables circulaires destiné au travail en groupe. En leur réservant des zones spécifiques, les bibliothèques universitaires apportent aux groupes une véritable valeur ajoutée car elles visent à maximiser la créativité et l’efficience des séances de travail collectif.

Des espaces de détente et d’échange
Enfin, les bibliothèques universitaires sont de plus en plus conçues comme des lieux de vie, des lieux de rencontre et d’échange. Certaines, comme le Rolex Learning Centre, vont même jusqu’à proposer des espaces de détente, ouverts à la flânerie des visiteurs : canapés, patios aménagés, coussins… Traditionnellement perçues comme des lieux austères, les bibliothèques universitaires trouvent désormais un intérêt à intégrer des espaces de détente en leur sein : elles deviennent ainsi un sas de décompression, un « troisième lieu » entre études et loisirs, qui attire les visiteurs. Elles se donnent pour mission de créer du lien social et mettent l’échange au centre de leur activité. Ainsi, elles sont de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux pour interagir avec leurs visiteurs, et certaines vont même jusqu’à proposer des panneaux interactifs sur lesquels les usagers peuvent afficher leurs messages.

Un espace de détente au Rolex Learning Center à Lausanne (photo Paolo Mazzo)

Un espace de détente au Rolex Learning Center à Lausanne (photo Paolo Mazzo)

Une architecture qui évolue
L’une des principales problématiques liées au fait d’offrir de multiples espaces dédiés à différents usages est celle de la gestion du bruit. Il faut en effet à la fois assurer un certain calme pour ceux qui ont besoin de concentration, et favoriser le dialogue pour ceux qui travaillent en groupe. C’est pourquoi l’architecture du lieu doit prévoir des espaces adaptés à l’usage qui en sera fait, et bien isolés les uns des autres. Certaines bibliothèques, comme celle de l’Ecole Polytechnique de Montréal, intègrent ainsi les espaces de travail collectif dans des lieux « intermédiaires » ou de passage : hall, couloir, passerelle… De plus, les nouvelles bibliothèques universitaires sont bien souvent conçues avec la volonté de lier les différents espaces, de manière à ce qu’un usager puisse aisément passer d’un comportement à un autre (travail personnel, détente, lecture, travail collectif). Elles ont donc une architecture qui encourage la circulation des visiteurs entre les espaces.

Bibliothèque de l’Ecole Polytechnique de Montréal - ©Productions punch inc.

Bibliothèque de l’Ecole Polytechnique de Montréal – ©Productions punch inc.

Cet article fait suite aux précédents consacrés aux bibliothèques universitaires :

Retrouvez moi sur Twitter @b_fournier et visitez le site de mon agence Noir sur Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anciens posts //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////